【东西视记】艾瓦佐夫斯基:沙皇说“你是海上皇帝” Aivazovsky: Paysages marins

艾瓦佐夫斯基 Aivazovsky (俄语:Иван Константинович Айвазовский、拉丁文:Ivan Aivazovsky,1817年7月29日-1900年5月5日)是一位俄罗斯亚美尼亚裔画家,他出生和并长期生活在克里米亚

艾瓦佐夫斯基以其海景画和海岸系列闻名。他的描绘波涛和海浪的光线的技术和想象力尤其令人钦佩。尤其是他在几乎透明的层次上描绘不同的日光和月光的能力,有时从云后射出,有时从雾中射出。1840年代他创作的海战系列作品展现了他非凡的艺术,燃烧的船只的火焰在水和云中体现出来

他是俄罗斯皇家海军官方画家。1843年(时年26岁)他成为第一位在巴黎卢浮宫展出作品的俄罗斯艺术家,并获得【法兰西艺术院】金奖(la médaille d’or de l’Académie des beaux-arts)

1856-1857年(39岁),他生活工作在巴黎,这期间,他得到法国荣誉军团(骑士)勋章,是【第一位】俄罗斯人,也是【第一位非法国人】得到这荣誉的

艾瓦佐夫斯基一生作品超过6000幅。2006年,他的作品被拍卖到 $3,200,000 并且他的国际声誉依旧在增长。2007年6月14日,他的作品《American Shipping off the Rock of Gibraltar》以 2,710,000英镑 的价格售出

如果提到“海浪/海景”画家,不知道艾瓦佐夫斯基 Aivazovsky,就不应该了 🙁
注:跟华人艺术家一起活动的所谓“法国艺术家协会”主席(实为“艺术家之家协会”)的雷米(Rémy Aron)先生就不知道 艾瓦佐夫斯基 🙁 秘密哦

艾瓦佐夫斯基,【第九浪】

Wave after wave, each mightier than the last,
Till last, a ninth one, gathering half the deep
And full of voices, slowly rose and plunged
Roaring, and all the wave was in a flame

From Alfred, Lord Tennyson’s Idylls of the King (1859).

Ivan Konstantinovitch Aïvazovski (en russe : Иван Константинович Айвазовский) né à Théodosie (Crimée) le 17 juillet 1817 et mort dans cette même ville le 5 mai 1900, est un peintre russe d’origine arménienne. C’est un des maîtres de la peinture de marine qui a marqué l’histoire et les périodes romantiques et réalistes de l’art russe.

« Je suis le tsar de la terre ferme et toi, tu es tsar de la mer », disait l’empereur Nicolas Ier à Aïvazovski … (texte ci-dessous)

【东西视记】:在法国(欧洲),东方指伊朗 印度 穆斯林国家,中国日本是【远东】;中国文化视印度伊朗为“西”(西游记),欧洲美国为西方

这次是 Orient Joins Occident 🙂 缩写为 ojo 在西班牙语是【眼睛】,眼睛是视觉观察,今天我们【视记】俄罗斯(克里米亚在欧洲)

艾瓦佐夫斯基 200年生日纪念

L’homme et la mer

Homme libre, toujours tu chériras la mer !
La mer est ton miroir ; tu contemples ton âme
Dans le déroulement infini de sa lame,
Et ton esprit n’est pas un gouffre moins amer.

Tu te plais à plonger au sein de ton image ;
Tu l’embrasses des yeux et des bras, et ton coeur
Se distrait quelquefois de sa propre rumeur
Au bruit de cette plainte indomptable et sauvage.

Vous êtes tous les deux ténébreux et discrets :
Homme, nul n’a sondé le fond de tes abîmes ;
Ô mer, nul ne connaît tes richesses intimes,
Tant vous êtes jaloux de garder vos secrets !

Et cependant voilà des siècles innombrables
Que vous vous combattez sans pitié ni remord,
Tellement vous aimez le carnage et la mort,
Ô lutteurs éternels, ô frères implacables !

Charles Baudelaire

注:中国提倡【走出去】多年,国家花了大量经费,除了各种宴会,成果还在等待中。负责这项工作的人们,似乎对外界缺乏准确的概念,除了他们的“梦”。通过不同视频资料,从不同角度,我们向各位介绍“一带一路”上的国家,它们的文化传统,历史。这样我们会“做梦”。做,这里是“制造”的意思

Vagues translucides hypnotisantes

Aivazovsky avait ce talent pour donner une consistance et un mouvement à l’eau à coup de reflets et de lumières transperçant la masse translucide, ce qui la rendait souvent hypnotique. Ses peintures placent souvent un élément humain tel qu’un navire au centre de ses compositions, comme pour rappeler le combat permanent des marins face aux forces belles et déchaînées de la mer.

下面是【艾瓦佐夫斯基】作品照片,暨 法文和英文 对他的介绍

注:按右边“小箭头”可以看到其他照片,或“按点取像”

艾瓦佐夫斯基 部分作品
艾瓦佐夫斯基 部分作品
艾瓦佐夫斯基 部分作品
艾瓦佐夫斯基 部分作品
艾瓦佐夫斯基 部分作品
艾瓦佐夫斯基 部分作品
艾瓦佐夫斯基 部分作品
艾瓦佐夫斯基 部分作品
艾瓦佐夫斯基 部分作品
艾瓦佐夫斯基 部分作品
艾瓦佐夫斯基 部分作品

Ivan Aïvazovski

Ivan Konstantinovich Aivazovsky est un peintre russo-arménien de Crimée qui, après ses années de formation à St-Pétersbourg (1833-1837) et une période de voyages en Europe, principalement en Italie (1840-1844), deviendra en 1845 le peintre officiel de l’état-major de la Marine russe. Aivazovsky est un romantique qui a été admiré par Pouchkine dès ses premières expositions à St-Pétersbourg. Il deviendra membre de plusieurs académies dans les hauts lieux de la culture européenne. Gogol viendra le rencontrer à Venise. Turner lui-même aura l’occasion, à la fin de sa vie, de dire son admiration pour l’oeuvre d’Aivazovsky.

艾瓦佐夫斯基 Ivan Aivazovsky (1817-1900)

Aivazovsky s’est nourri en apprenant des grandes écoles classiques européennes: les Maîtres italiens, hollandais, allemands et français, principalement. Il admire surtout les tableaux de Claude Gellée, dit “le Lorrain”. Il a beaucoup exposé aussi. Et puis, dans les années 1850, il embarque avec la Marine russe et l’accompagne dans ses missions, dans ses périples et ses batailles. Aivazovsky a vécu intimement la puissance et la beauté de la mer, il a vu les naufrages, la mort et les miracles. Il a une mémoire esthétique impressionnante, un regard qui perce la nature des choses et une brosse capable de ciseler une mer de dentelles. Ce qu’il a vu une seule fois, il le retient et peut le reproduire de mémoire à sa guise. La précision dont il fait preuve n’est d’ailleurs pas mise au service de la reproduction fidèle du réel. Cela importe peu, surtout dans la peinture maritime romantique. Non, l’extrême précision du trait est au service de l’âme de ce qui est peint.

L’homme n’est pas à la mesure de l’élément le plus présent et le plus puissant de la surface de la Terre. En mer, l’homme est face à la vie et face à la mort. Toujours le même face à face. Dans chaque tempête, le dernier jour des marins semble arrivé. Mais à chaque fois subsiste l’espoir d’en réchapper. La métaphysique du naufrage est celle du salut de l’âme. Dans un naufrage, la mort peut ne pas être immédiate: s’il reste un esquif, une chaloupe, un morceau de bois qui flotte… Les naufragés ont d’abord vu la tempête se lever, la mer se déchaîner, les vagues comme des murs qui s’abattaient avec fracas. Les âmes ont eu le temps de prier tandis que la force monstrueuse s’emparait d’elles, elles se sont vues mourir dans chaque tonnerre d’eau, elles ont vécu le sursis et la résurrection à chaque vague. Il faut d’abord lutter contre la peur pour conserver une chance de vivre, et puis ensuite, c’est force contre force. La rage de la survie contre la puissance aveugle des lois de la nature. L’espoir d’être encore porté par la grâce de Dieu, sain et sauf, jusque sur la grève.

艾瓦佐夫斯基 Ivan Aivazovsky “Storm at sea”

Tant qu’il y a de la lumière dans les flots, tant que les vagues sont translucides, Dieu est présent comme espoir. Demeurer lucide, demeurer conscient, ne pas vendre son âme au diable. Dieu a fait que tu luttes encore.

La vie est une tempête que l’homme ne soupçonne pas en temps ordinaires. C’est parce qu’il ne voit pas l’infinité de la lutte permanente des forces de la vie.

La vie, il lui a fallu naître et mourir des millions de fois. Le naufrage n’est que l’un des combats conscients de l’homme parmi mille autres dont il n’a pas même l’idée au sein même de son propre corps… Car l’homme est une autre mer, traversée par de vastes courants, et son sang, qui transporte en ses veines de frêles esquifs indispensables à la vie, subit lui aussi toutes les tempêtes de l’âme et du coeur. La mer est la réalité du combat de l’âme et de la vie, la mer est belle comme une tragédie.

La mer montre à l’homme par où la nature a dû passer, elle est l’écho lointain des forces aveugles qui ont présidé à la naissance de l’univers. Le berceau de la vie est la tempête des éléments. La mort n’est qu’une parenthèse dans la folie créatrice des mêmes éléments. Humain, tu as cru que tu étais quelque chose, mais la mer t’a appris que tu n’étais qu’une goutte d’eau dans un océan.

艾瓦佐夫斯基 Ivan Aivazovsky “Wave”

Le chaos est la matière indomptée, la matière où Dieu accomplira son geste. Car la matière, comme l’homme, est liberté.

Il fallait un univers à la démesure de l’homme, il fallait une puissance infinie. Car sans le vaste monde – qui n’est d’ailleurs plus rien dans la mort- qui rappellerait à l’homme sa petitesse et sa finitude? Et que pourrait connaître l’homme de lui-même et du Dieu?

C’est pourquoi la puissance divine parle à l’homme dans la puissance des éléments et que la paix n’est qu’un calme passager. Il en est ainsi, le Dieu se montre là où l’homme a d’abord fait naufrage. La foi en Dieu est une foi dans la tempête. Car la tempête est toujours en même temps la possibilité de son au-delà: cette tempête n’est rien, cette montagne n’est rien, il faut croire au-delà des éléments et au-delà de la mort.

Dieu ouvre la mer et le ciel, il sépare la terre et les eaux, il fait cela à chaque tempête, en toi et en dehors de toi, il te le dit à chaque naufrage auquel tu as survécu.

Dieu te dit: ” tu es cette tempête et tu es ce naufrage.”

艾瓦佐夫斯基 Ivan Aivazovsky “Passage of the Jews through the Red Sea”

Aivazovsky succeeded as no other in capturing the elements of nature on canvas in such a realistic and dramatic manner, and to vitalize them through luminosity and virtuosity in the use of transparency and colour. The Russian art critic Vladimir Stasov wrote: “The marine painter Aivazovsky is, by nature and through his exceptional talent, a remarkable artist, who was able like perhaps no other in Europe to vividly sense the beauty of water and to render it in his unique manner” (Stasov, Vladimir: Selected Works in 3 Volumes, vol. 3, Moscow 1952, p. 669).

The 19th century is considered to be the golden age of Russian painting. European artistic movements also had an influence on Russian artistic development, and by the middle of the century Realism had superseded Romanticism. Aivazovsky did not allow himself to be led by this trend, however, and remained true to the Romantic manner of painting. Neither did he wholly turn towards Impressionism, although in the early 1890s one can detect a certain tendency to use intensive colours and the application of rapid brushstrokes, which are also apparent in the present work.

Aivazovsky often repeated his motifs several times, however this particular scene is unique, and no other version of it is known to exist. Early on in his career, Aivazovsky depicted the sea predominately in a calm and peaceful state, while during his maturing phase and in later works the more dramatic side of nature was brought to the forefront. This is particularly evident in this stormy marine painting. The sea’s wild waves crash against the rocky coast and pile up before the sky, lit with the rays of the setting sun. Silhouetted in white is a flock of sea birds, rendered with such movement and delicacy that they inject a note of light-heartedness and aplomb into the scene. The vessel struggling against the waves can be identified as a Viking ship. During the 19th century, Vikings were romanticised, and elevated from their former role of pirates to become celebrated as valorous heroes of the sea. Aivazovsky, who had a keen business sense alongside his artistic skill, spoke directly to the Russian soul with this painting.

克里米亚之行的【纪念品】
加微信号:

微信 C21  News【世纪新闻】

信息 :网络媒体
编辑 :woukon

网站 :www.c21.news (用游览器)
联系 :redaction@c21.news

Check Also 推荐文章

【东西视记】30年前的北京天安门(下) Tiananmen (22) Le parti contre le peuple

Il y a trente ans, les étudiants chinois se soulevaient pour exiger la démocratie et …